« La survie, c’est drôle. Et la vie, c’est sérieux. »

– Ra Uru Hu –

C’est un débat ancien, une dualité classique : Comédie et Tragédie.
Il y a la proverbiale peau de banane, celui qui glisse dessus fait une chute tragique et le témoin ne peut s’empêcher de rire. S’agit-il simplement de visages différents d’une même racine, comme tant d’autres l’ont laissé entendre ?

Splénique, survie et comédie

Le design, avec sa perspective mécanique, voit chacun comme un processus unique et séparé avec des origines différentes et un seul point commun : la peur. La comédie est une réponse de survie et trouve son origine dans le centre Splénique. Ce centre est le cœur de nos peurs primaires, dont la plus personnelle et la plus puissante est la peur liée à la survie.
Etre est une expérience de vie et de mort et les risques pour la vie et l’intégrité physique ont été innombrables pendant la plus grande partie de l’histoire de l’humanité. C’est cette même peur pour la survie qui a agit comme un moteur de prise de conscience. Combien de fois a-t-on quitté un accident en riant ? Le rire du survivant est une réponse ancienne à la mort trompeuse. Le témoin à la peau de banane peut avoir honte de rire de la douleur de quelqu’un d’autre, mais mécaniquement, c’était la bonne réponse. Le survivant, ricanant, ravi que ce ne soit pas lui, est au cœur du rire.

Plexus, destin et tragédie

L’origine de la tragédie se trouve dans le centre du Plexus Solaire. La tragédie est aussi une réponse du survivant au prix de l’expérience humaine. La peur qui sous-tend la tragédie est la peur du destin. La tragédie surfe sur la vague émotionnelle du désir et de l’attente. Être humain, c’est échouer et trébucher, mais aussi triompher. Celui qui glisse sur la peau de banane, déplore son sort et pleure la cruauté de la vie. Le système du Plexus Solaire est profondément sensible à l’épreuve de l’incarnation.

Ce que nous appelons la comédie et la tragédie sont des concepts mentaux formés par les processus collectifs du centre Ajna. Dans ce contexte, la comédie est logique et la tragédie est abstraite. Ce qu’il est important de comprendre, c’est que les êtres spléniques sont plus susceptibles de trouver de l’humour dans leurs expériences de vie, tandis que les êtres émotionnels sont plus susceptibles de prendre l’expérience de vie au sérieux. Il n’y a pas de distinction morale ici. Les êtres spléniques ont tendance à considérer les êtres émotionnels comme trop sérieux et les êtres émotionnels considèrent les êtres spléniques comme indifférents, et chacun sermonne l’autre.

Ra Uru Hu – Extrait traduit depuis le site Jovian Archive.

 

Lucie Gardais Design Humain Human Design matrice énergétique chakras mandala astrologie schéma corporel yi-king

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.